Déclaration de cession de véhicule : les scooters aussi !

par | Jan 8, 2024 | 2 ROUES

L’univers de l’automobile ne se limite pas aux voitures. Les scooters, ces véhicules à deux roues si pratiques et agiles, sont également soumis à des règles précises en matière de cession. Si vous envisagez d’en vendre ou d’en acheter, il est essentiel de comprendre le processus de la déclaration de cession. Cet acte administratif, tout aussi important que pour une automobile, permet de formaliser le transfert de propriété de l’engin.

Les démarches essentielles pour la cession d’un scooter

Il existe plusieurs étapes clés à suivre lors de la cession d’un scooter.

Rédaction du certificat de cession et contrôle technique

Le certificat de cession est le document qui officialise le transfert de propriété du scooter entre le vendeur et l’acheteur. Il doit être rempli avec précision en mentionnant les informations exactes sur le véhicule et les parties impliquées. Les coordonnées des deux parties ainsi que les caractéristiques de l’engin doivent être correctement renseignées.

Comme le disent les professionnels sur Déclaration Cession, avant l’opération, le vendeur doit s’assurer que le deux-roues a passé un contrôle technique récent. Celui-ci atteste de sa conformité aux normes de sécurité en vigueur.

Remise des documents administratifs, paiement et remise des clés

Le vendeur doit remettre à l’acheteur d’autres documents essentiels tels que le certificat de non-gage et le carnet d’entretien du deux-roues s’il est disponible.

Une fois que toutes les formalités administratives sont complètes, l’acquéreur fait le paiement au vendeur. Le montant et le mode doivent être convenus à l’avance. Une fois la transaction financière effectuée, l’acheteur reçoit les clés de son véhicule à deux roues.

Modification de la carte grise

L’acquéreur doit procéder à la modification de la carte grise en son nom dans un délai légal en général de 15 jours à compter de la date d’achat. Cette démarche peut se faire en ligne ou auprès de la préfecture. Il est aussi important d’informer l’assureur du changement de propriétaire pour mettre à jour le contrat.

cession de scooter

Comprendre le certificat de cession pour un scooter

Voici les éléments clés à comprendre dans un certificat de cession pour un scooter.

Identification des parties et informations sur le scooter

Le certificat de cession commence par l’identification des parties impliquées dans la transaction. Les coordonnées complètes du vendeur et de l’acheteur doivent être clairement indiquées, y compris leurs adresses et leurs numéros de téléphone.

A lire :   La réparation moto : à la découverte de cet univers passionnant

Les détails du scooter concerné par la cession doivent être également mentionnés. Il peut s’agir du numéro de série du véhicule (NIV), de la marque, du modèle, de la puissance fiscale, etc.

Mention des éventuelles garanties et prix de vente

Si des garanties sont fournies avec le scooter, elles doivent être spécifiées dans le certificat de cession. Cela peut inclure des assurances sur certaines pièces mécaniques ou électriques. Si aucune garantie n’est offerte, cette mention doit également figurer clairement.

Le prix de vente convenu doit être aussi indiqué de manière précise. Il est conseillé d’utiliser des chiffres en toutes lettres pour éviter toute ambiguïté.

Date de la transaction et signature des parties

La date et le lieu de la cession du scooter doivent être inscrits sur le document. Cela permet de déterminer la validité juridique de la vente et de prouver que la transaction s’est déroulée conformément à la loi en vigueur.

Le certificat doit aussi comporter la signature datée des deux parties. Celle-ci atteste de l’accord mutuel et valide l’opération.

Vendre ou acheter un scooter d’occasion : les formalités à ne pas négliger

Voici un aperçu des formalités à considérer lors de la vente ou de l’achat d’un scooter d’occasion.

Contrôle technique et certificat de non-gage

Avant d’effectuer la transaction, le vendeur doit veiller à ce que le véhicule ait passé un contrôle technique récent. Pour l’acheteur, vérifier la validité du contrôle technique est important pour s’assurer que le scooter est conforme aux normes de sécurité en vigueur.

Le cédant aussi doit fournir à l’acheteur un certificat de non-gage. Ce document atteste qu’aucun problème administratif n’entrave la vente. Il peut être obtenu en ligne sur le site du ministère de l’Intérieur.

Essai du scooter et paiement sécurisé

Pour l’acquéreur, il est conseillé de faire un essai du scooter avant l’achat. Cela permet de s’assurer du bon état mécanique du véhicule. Pour le vendeur, proposer un essai démontre la transparence et la confiance dans l’état de l’appareil.

Le mode de paiement doit être également convenu entre les deux parties. Il est recommandé d’utiliser des moyens sécurisés tels que le virement bancaire ou le chèque pour éviter les fraudes.

A lire :   Quels sont les équipements essentiels pour pratiquer l'enduro moto

Changement de propriétaire et assurance

Une fois la transaction effectuée, l’acheteur doit procéder rapidement au changement de propriétaire sur la carte grise du véhicule. Cette démarche peut se faire en ligne ou en se rendant à la préfecture. L’acquéreur doit également informer son assureur du changement de propriétaire pour mettre à jour le contrat du scooter. Le vendeur doit résilier le sien après l’opération.

cession de scooter

Quelques erreurs courantes à éviter lors de votre cession

Pour garantir une transaction fluide, voici quelques erreurs à éviter lors de la cession d’un scooter.

Oubli et mauvaise rédaction du certificat de cession

L’une des erreurs les plus fréquentes est d’oublier de remplir et de signer le certificat de cession. Ce document est essentiel pour officialiser le transfert de propriété. Son absence peut entraîner des problèmes juridiques et administratifs.

La rédaction incorrecte du certificat peut également poser des problèmes. Il est important de remplir toutes les sections de manière précise et de vérifier attentivement les informations fournies.

Négligence du contrôle technique et absence de certificat de non-gage

Si le scooter nécessite un contrôle technique, ne pas s’assurer de sa validité avant la vente peut entraîner des complications. Les acheteurs sont souvent attentifs à cet aspect pour garantir la conformité du véhicule. Ne pas fournir de certificat de non-gage peut être également une erreur majeure. Ce document atteste qu’aucune opposition, notamment financière, n’entrave la vente. Son absence peut rendre la transaction difficile, voire impossible.

Non-actualisation de l’assurance et négligence du changement de propriétaire sur la carte grise

Comme évoqué plus haut, le vendeur doit informer son assureur du changement de propriétaire pour résilier son assurance. De même, l’acheteur doit mettre à jour les informations auprès de son assureur pour garantir une couverture appropriée. Oublier ou retarder la mise à jour du changement de propriétaire sur la carte grise peut par ailleurs causer des problèmes, notamment en cas d’amendes, de contraventions ou de litiges liés au scooter.

erwan lemetayer auteur automobilite avenir

A propos de l’auteur, Erwan Lemetayer

En savoir plus sur l’auteur

Erwan Lemetayer est chef mécanicien dans un garage automobilte à Toulouse. C’est également un grand passionné d’automobile en tout genre. Il possède 2 motos dont une archive mais également plusieurs engins à moteurs originales ( quad, quadricycle,ect..)

Il possède donc une très bonne expérience dans la mécanique et l’entretien de véhicule en tout genre

DÉCOUVREZ NOS AUTRES ARTICLES 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut