Automobilité & Avenir : Construisons ensemble l'avenir de notre mobilité !
Réseaux sociaux
Retrouvez-nous sur
Facebook Twitter
S'inscrire à la lettre d'information
et recevoir toute l'actualité par email

La presse en parle

Les thématiques

Nous contacter

Automobilité & Avenir
contact@automobilite-avenir.fr

Agence de Presse
Florence Gillier Communication
Valérie Hackenheimer
01 41 18 85 63
valerieh@fgcom.fr

 

Permis B, une formation disparate.

Permis B, une formation disparate.

15 septembre 2013 | Règlementation et mobilité

Prix variant du simple au double, tarifs pas du tout explicites, taux de réussite des plus aléatoires, la CLCV a mené une enquête édifiante sur le territoire qui fait apparaître de criantes inégalités en matière de formation à la conduite.

Cette enquête, menée en Août dernier a été réalisée auprès de 447 auto-écoles sur les 11 250 que compte le territoire.

Beaucoup de manquements ou d’irrégularités ont été constatés. Comme un manque de transparence et d’affichage des tarifs qui rend les comparaisons difficiles entre différentes enseignes. Paris est la ville la plus chère avec un prix moyen de permis à 1 425 € en moyenne et Lille la plus intéressante avec  un forfait moyen à 780 €. La moyenne nationale s’établissant selon l’INSEE à 15 00 €. Ces forfaits qui comprennent 20 h de conduite s’avèrent rarement suffisants et entraînent donc des frais supplémentaires. Le temps moyen de formation s’établissant autour de 35 heures de conduite.

Du côté taux de réussite, alors que la moyenne nationale est de 57,55%, elle n’est que de 45,48% à Paris qui affiche les chiffres les plus bas, tandis que les Alpes de Haute-Provence caracolent en tête avec 70,03%.

Pour faire baisser la facture, quelques solutions existent, comme le permis à un euro par jour qui peut, dans certaines villes, être complété par une bourse municipale, en échange de 40 à 50 heures de travaux d’intérêt général. Ou comme la conduite accompagnée qui permet en moyenne de faire baisser le coût du permis de 550 euros. Et de bénéficier d’une baisse ou même d’une disparition de la surprime d’assurance habituellement appliquée aux nouveaux conducteurs.

L’avis de A&A :

La France est, après l’Allemagne, le pays où le permis de conduire est le plus cher, loin devant l’Italie et ses 850 euros. La conduite accompagnée, moins chère et bien plus formatrice, devrait être encouragée par les pouvoirs publics, or elle ne concerne aujourd’hui que 30% des candidats au permis de conduire auto.De même, l’aspect maîtrise réelle du véhicule en situation d’urgence (freinage ou évitement) est aujourd’hui totalement absent de la formation du permis B, contrairement à ce qui se fait dans le domaine de la moto. Ce qui est éminemment regrettable puisque le papier rose permet juste à celui qui vient de l’obtenir d’aller se former tout seul, et avec les risques que cela comporte pour lui-même et les autres, sur la route. Enfin il faudrait prendre en compte la très forte montée en puissance des voitures à boîte automatique ou robotisée et ne  plus hésiter à proposer une formation et un permis spécifique sur ce type de voiture. De quoi permettre l’accès au permis à des conducteurs n’envisageant pas de conduire d’autres types de véhicules, voire même de faciliter plus généralement l’obtention du permis de conduire grâce à un apprentissage plus facile, plus rapide et moins stressant, sachant qu’il suffit ensuite de faire valider la bonne pratique d’une boite de vitesse mécanique pour obtenir l’autorisation de conduire tout type de véhicule léger (écouter l’intervention de Laurent Hecquet sur Europe 1).

 

 

 

 

Réagir à cet article

Les derniers articles

Actualités le Mondial 2018 lance deux nouveaux événements

Actualités Véhicules autonomes et infrastructures : qui va payer ?

Actualités Du lundi au vendredi les européens passent en moyenne 9h35 à se déplacer

Blog Appel aux dons pour le Pérou : A&A soutient et relaie l'action de 14 étudiants !