Automobilité & Avenir : Construisons ensemble l'avenir de notre mobilité !
Réseaux sociaux
Retrouvez-nous sur
Facebook Twitter
S'inscrire à la lettre d'information
et recevoir toute l'actualité par email

La presse en parle

Les thématiques

Nous contacter

Automobilité & Avenir
contact@automobilite-avenir.fr

Agence de Presse
Florence Gillier Communication
Valérie Hackenheimer
01 41 18 85 63
valerieh@fgcom.fr

 

L'Expert en automobile : un sachant impartial plus que jamais utile et nécessaire

L'Expert en automobile : un sachant impartial plus que jamais utile et nécessaire

21 mars 2016 | Règlementation et mobilité

Plus de 500 personnes étaient présentes pour participer au 10ème colloque de l'Alliance Nationale des Experts en Automobile (ANEA) organisé sur la thématique : l’Expert en automobile, un sachant impartial plus que jamais utile et nécessaire et animé par Laurent Hecquet, Fondateur d’Automobilité & Avenir.   

 

Les grands thèmes abordés durant le colloque :

L’automobile : un secteur exposé aux conflits d’intérêt 

 

avec Joël Moret Bailly Avocat au barreau de Paris, professeur de droit privé, auteur du livre « Les conflits d’intérêt » (éditions LGDJ). 

 

 1ère Table ronde : Les besoins d’un acteur impartial face aux fraudes automobiles

  • La fraude à l’assurance 
  • La fraude à la transaction des véhicules
  • Les grands enjeux qualité de l’air et environnement   
  • Les enjeux de sécurité routière

Avec la participation de Daniel Rousselle Président de l’Agence pour la Lutte contre la Fraude à l’Assurance (ALFA) / Céline Kastner Directrice juridique de l’Automobile Club Association / Béatrice Lopez de Rodas Directrice marque groupe UTAC CERAM / Ludovic Guillaume Sous-directeur de l’Action Interministérielle à la Délégation à la Sécurité et Circulation Routière (DSCR) / Pierre Morrier Avocat au barreau de Paris, associé du cabinet ALINEA / Sylvain Girault Expert en automobile vice-président de l’ANEA délégué à la communication / Alban Adamo Expert en automobile, président de la commission fraude de l’ANEA.

2ème table ronde : Cas concrets passés, actuels et futurs

  • Le trafic des 5000 VGE ; bilan quantitatif et qualitatif du traitement expertal
  • Respect des normes antipollution, sécurisation des ventes de VO : la plus-value de l’expertise

    

Avec la participation de Emmanuel Barbe Délégué Interministériel à la Sécurit Routière, Floréal Sanchez Chargé de mission Pôle IARD du groupe MACIF, François Mondello Expert en Automobile Administrateur de l’ANEA en charge d’ANEA recherches et développement, David Derégnaucourt Directeur général Spheretech europe, Mathias Hioco Président de Carizy , Christophe Theuil Expert en automobile Vice-président de l’ANEA délégué à la prospective et aux nouveaux marchés

 

 

     

 

 

 

 Philippe Ouvrard, Président de l'ANEA 

____________________________________________________________________________________

Commentaire d'Automobilité & Avenir :

L’actualité ne cesse de démontrer combien l’automobile est un objet de convoitise et source de nombreux trafics. Rien qu’en 2015, la presse révèle que 5000 automobilistes sont propriétaires à leur insu d’un véhicule gravement endommagé (VGE) ou encore le système de triche au contrôle antipollution d’un constructeur allemand aux Etats Unis.

Ces fraudes qui font sensations, mais aussi celles plus quotidiennes comme la fraude à l’assurance automobile ou encore les tromperies qui peuvent entourer la transaction d’un véhicule d’occasion, justifient très souvent le recours à un tiers de confiance qui, par son savoir et son impartialité, peut intervenir soit en amont pour prévenir ou en aval pour analyser et solutionner le problème rencontré.

Mais ce besoin d’impartialité n’est pas propre à l’automobile. Le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui est devenu sur un plan général un monde d’oppositions, de conflits, dans lequel le recours à l’intermédiation est un besoin fort.

Les exemples de la vie quotidienne ne manquent pas : conflits de voisinage, divorces, contestations et oppositions en tous genres, grèves, prud’hommes, montée des extrêmes, discriminations raciales, terrorisme, problèmes de santé publique, réchauffement climatique, tensions et divergences politiques au sein même des partis… le tout alimenté par un accès démultiplié à une information de plus en plus rapide et de plus en plus dense.

L’impartialité est donc assurément devenue un besoin fondamental, une nécessité absolue pour notre société moderne marquée de plus en plus par de violentes oppositions d’opinions, d’intérêts.

Pour la profession de l'expertise en automobile, l’impartialité n’est cependant pas quelque chose de nouveau car cela fait partie de son ADN, de ses gènes. C’est le contrat moral, le socle commun auquel chaque expert en automobile est profondément lié et attaché. On ne rentre pas dans la profession de l’expertise en automobile si on n’est pas porteur de cette qualité, de cette valeur. Et surtout nul ne peut prétendre se maintenir dans la profession  s'il ne respecte ce devoir, cet engagement. 

Ce colloque a été l'occasion, pour les professionnels de l’expertise, à la fois d’affirmer fortement cette responsabilité et d’illustrer, de témoigner de son utilité au travers des différentes thématiques qui ont être abordées.

En effet, trop souvent le savoir-faire de l’expert en automobile n’est associé dans les esprits qu’à un rôle technique dans le cadre des sinistres accident-collision, alors que ses compétences vont bien au-delà, l’amenant à intervenir très souvent dans différents contextes  : 

économique : dans l’évaluation au juste prix des dommages et de la réparation mais aussi au travers d'un rôle d’intermédiation entre les différentes entités économiques concernées que sont les assureurs et les réparateurs.

social : auprès des assurés, victimes ou responsables,  lors de l’évaluation indépendante de la réparation du sinistre. L'expert intervient alors en intermédiation dans la relation assuré/assureur que l’on peut qualifier aussi de relation acheteur/vendeur ou client/fournisseur.

sociétal : Par une action de sécurité routière mais aussi autre travers du repérage des fraudes et des failles sécuritaires, l'expert en automobile agit pour la société comme le ferait un service public. il assure ainsi à la fois la sécurité des citoyens dans le cadre de leur mobilité mais aussi dans le cadre de leur consommation. Car que ce soit par les conseils apportés, ou par les fraudes individuelles et collectives qu'il peut déjouer, c'est aussi la défense de leur pouvoir d’achat. 

Et sur cet aspect sociétal nous pouvons y ajouter un rôle d’alerte des autorités vis-à-vis des différents usages automobile, depuis les problèmes liés à la pollution (environnement et santé publique) ou des aspects de consommation et de sécurité au travers des études réalisées à partir des données concentrées par la profession. 

Autant de rôles utiles et nécessaires dans un monde qui se complexifie.

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

Réagir à cet article

Les derniers articles

Actualités le Mondial 2018 lance deux nouveaux événements

Actualités Véhicules autonomes et infrastructures : qui va payer ?

Actualités Du lundi au vendredi les européens passent en moyenne 9h35 à se déplacer

Blog Appel aux dons pour le Pérou : A&A soutient et relaie l'action de 14 étudiants !